L’évolution de l’espérance de vie

De temps en temps, j'aime bien me pencher sur les statistiques liées aux données généalogiques que je saisis dans mon logiciel sinon préféré, du moins attitré (je pense en changer bientôt). Outre le fait que je peux ainsi apprendre que j'ai à présent une base de données contenant 4186 individus et 1080 noms de famille différents, répartis sur 360 lieux, j'ai aussi accès (via Geneanet cette fois) à des informations plus exotiques, comme : la fréquence des signes du zodiaque dans mon arbre familial ou l'influence de la lune sur les naissances (en l'occurrence, dans notre cas, il n'y en a pas, les 4 phases lunaires étant également réparties).

Continuer la lectureL’évolution de l’espérance de vie

Dans la famille MORIN-GICQUEL, je voudrais…

Et si je vous invitais à découvrir avec moi les cartes qui composent notre jeu des 7 familles ? En initiant ce blog, je n'avais pas l'intention de livrer des données généalogiques brutes de peur de perdre l'attention du lecteur. Néanmoins, à partir du moment où j'ai pu le reconstituer, il me semble important de parler du groupe familial qui a participé à la construction de la personnalité de nos ancêtres. Nous commençons aujourd'hui avec la grand-mère... que nous connaissons : Jeanne GICQUEL est l'épouse de Louis MORIN. Le couple a eu 3 enfants : Marie-Louise, Jean et ... Thérèse, bien sûr !

Continuer la lectureDans la famille MORIN-GICQUEL, je voudrais…

Faire et défaire… c’est toujours travailler (1)

Voilà ce que disait ma grand-mère maternelle quand il s'agissait de détricoter ce qu'elle venait de tricoter... Et de fait, c'est toujours travailler, avec en plus la perspective d'une satisfaction personnelle accrue, puisque quand on défait, c'est en principe pour refaire, mais en mieux !

Continuer la lectureFaire et défaire… c’est toujours travailler (1)

Faire et défaire, c’est toujours travailler (2) : les photos anciennes

Entre les albums légués par mes parents et qui contiennent un grand nombre de photos venant de leurs familles respectives et mes propres albums de famille, je possède en tout 22 classeurs remplis de photos. Sans compter celles qui sont en vrac dans des boîtes car à un (ou à plusieurs) moment(s) donné(s), le classement est parti à vau l'eau... Heureusement, le mode de conditionnement et de classement des deux séries d'albums est identique, à savoir : des gros classeurs avec des pochettes en plastique, contenant des planches de photos collées sur des feuilles A4, plus ou moins blanches (par souci d'économie, plus que d'écologie, mes parents utilisaient en effet des feuilles imprimées au dos). Les photos sont classées de manière chronologique, en fonction des évènements, des déplacements, des voyages, des balades, des rencontres, des repas, des retrouvailles, etc.

Continuer la lectureFaire et défaire, c’est toujours travailler (2) : les photos anciennes

Les gueules cassées (1)

Tout dernièrement, j’ai lu avec grand intérêt La Chambre des officiers de Marc Dugain. L’auteur y raconte l’histoire de son grand-père, Adrien, jeune officier du Génie, qui lors d’une opération de reconnaissance au tout début de la guerre est défiguré par un éclat d’obus. Il devient alors une gueule cassée. « Il ne connaîtra pas les tranchées boueuses, puantes et infestées de rats. Il ne connaîtra que le Val-de-Grâce, dans une chambre réservée aux officiers, pièce sans miroir où l'on ne se voit que dans le regard des autres. Adrien y restera presque cinq ans pour penser à l’après, pour penser à Clémence qui l'a connu avec son visage d'ange » (extrait de wikipedia). Chez moi, cette lecture a inévitablement fait écho avec celle de l'excellent Au-revoir là-haut de Pierre Lemaître, contant l’histoire d’Edouard Péricourt, une autre gueule cassée. Pour autant, je ne pensais pas avoir l’occasion d’évoquer le sujet dans ces lignes car à ma connaissance, nous n’avons pas eu d’ancêtre à qui cela soit arrivé. Quand bien même : rares sont ceux qui ont trouvé le courage d'en livrer un témoignage personnel. Et pourtant…

Continuer la lectureLes gueules cassées (1)

Les gueules cassées (2)

Après la guerre, malgré son handicap (il a perdu un œil), François BEAUQUIS reprend ses études. C’est à ce moment-là qu’il a dû croiser le chemin de notre grand-père, Raymond MAÎTRE, soit en leur qualité d’étudiants (notre grand-père  fut immatriculé à la Faculté des Lettres de Besançon de 1922 à 1926), soit de jeunes professeurs à l’Institution Saint-Jean, Square Castan.

Continuer la lectureLes gueules cassées (2)

Questionnaire sur la mémoire familiale – Résultats

En 2019-2020, j'ai suivi une formation à distance en histoire des familles et généalogie dispensée par l'Université de Nïmes. Puis en 2021, j'ai enchaîné avec le D.U. Installation du généalogiste professionnel. Dans ce cadre, j'ai été amenée à travailler sur un projet personnel . Mon idée est de créer une activité autour de la mémoire familiale (et de sa transmission) qui selon mon analyse repose sur 3 piliers : la généalogie, le récit de vie et les archives familiales. Pour finaliser mon étude de marché, j'ai lancé un questionnaire que j'ai soumis à mes contacts. En 2 semaines, j'ai reçu 156 réponses, ce qui était déjà un très bon score ! Mais plus encore : les retours étaient très intéressants et m'ont permis d'étayer de manière tout à fait pertinente ma réflexion sur le sujet. Le questionnaire étant à présent clos, je vous propose ci-dessous une petite synthèse des résultats...

Continuer la lectureQuestionnaire sur la mémoire familiale – Résultats

L’affaire du chapeau…

Jusqu'à maintenant, nous avons présenté dans ces colonnes des faits certes pesants pour ceux qui les ont vécus mais qui ne portaient pas à conséquence pour notre génération. Quelle aubaine pour ceux qui n'auraient pas compris que nous portons en nous une bonne part de ceux qui nous ont précédé ! Cependant, il est grand temps de passer à la vitesse supérieure et d'aborder une affaire susceptible d'affecter les descendants de la lignée jurassienne de manière irréversible. J'ai nommé : l'affaire du chapeau...

Continuer la lectureL’affaire du chapeau…

Gribouilliste-croquiste et styleuse-modeuse…

Celles et ceux qui ont suivi les précédents épisodes et suivront les prochains ont compris que pour trouver des créatifs il faut plutôt aller du côté MAÎTRE / AYMONIER : entre le dénommé TOURLAQUE (Branche AYMONIER) qui a côtoyé les peintres les plus célèbres, une Antoinette MAÎTRE qui a épousé un certain André CHARIGNY, peintre franc-comtois renommé et les REUDET / AYMONIER qui sont générateurs de brevets de père en fils, nos grands-parents paternels qui jouaient tous deux du piano, difficile de tenir la barre côté MORIN / GICQUEL... Pas de peintre, ni d'artiste... Ni industriel, ni inventeur fou. Tout au plus une lignée de meunier côté GICQUEL et des cultivateurs et commerçants-débitants côté MORIN. Pas de quoi , créer la moindre prédisposition créatrice auprès des descendants...

Continuer la lectureGribouilliste-croquiste et styleuse-modeuse…